Etude collective d'un rêve

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  lehapra le Lun 9 Fév - 9:23

C'est pas grave, Jean.
Au fond il n'y a rien à comprendre.
J'ai l'impression juste que cette région du monde (avec l'Ukraine et d'autres pays) est sous tension entre deux géants qui n'hésitent pas à se grignoter du terrain petit à petit.


avatar
lehapra

Messages : 2569
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Lun 9 Fév - 10:25

Florentin écrit:

Il n'y a bien entendu pas à m'attendre et la fin du rêve peut être désormais considérée et j'encourage les participants à aller jusqu'au bout.



Arrow  Arrow Je t'avoue Florentin que je suis assez surprise que nous ayons pris tant de temps pour décortiquer le début du rêve et que maintenant tu nous suggères d'aller jusqu'au bout du rêve....C'est sûrement parce que tu considères que la suite est tributaire de ce début .Je vais donc survoler sommairement  le reste du rêve, on verra bien si certains éléments méritent que l'on s'y attardent mais comme je l'ai dit précédemment je trouve un peu difficile de poursuivre l'analyse sans les feed-back de la rêveuse car comment savoir su nos interprétations sont pertinentes ? Like a Star @ heaven

2) Rêve : La Rêveuse descend dans une boutique où il y a une femme aimable, d’aspect doux et confortable,  et un boulanger à l’allure sévère. Le boulanger donne à la Rêveuse dans des sacs en plastique transparents; Elle ouvre les sacs à la campagne où elle est venue ramasser sur le chemin des pierres plates pour y graver des runes. Les sacs contiennent des morceaux de vieux pain rassis. Elle se demande : « Dois-je les donner à une oeuvre ? »

Après, la Rêveuse voit dans la rue un homme qui tient une laisse à chiens extensible double. Du côté droit on ne voit pas ce qu’il y a au bout de la laisse. Du côté gauche elle est attachée au dos d’une jolie petite fille sur une bicyclette. L’homme lui crie : « Vas-y ! vas-y !   » La laisse s’allonge et avec sa bicyclette elle saute le trottoir. Elle a un air tout fier.

Arrow  Arrow ce qui me frappe ici est le fait qu'elle est observatrice, elle voit, a un certain recul face à  cette partie  du rêve, de sa vie.
. Je crois ici qu'elle prend conscience d'un aspect de son enfance, celui où son agir était dirigé par un homme ,ou le principe masculin, on peut penser ici naturellement au père.

La laisse ne l'aide sûrement pas à faire de la bicyclette, ce n'est pas un guide mais un cran d'arrêt plus ou moins grand, et la laisse implique qu,elle ne peut aller où elle veut, ceci dépend de la volonté de quelqu'un d'autre.

La double laisse est intrigante, la fillette est du côté gauche, je ne sais pas dans quel sens il faut interpréter cette position, je sais que le côté gauche est relié au cerveau droit, le plus créatif par opposition au côté droit qui est relié au cerveau gauche plus rationnel. Elle voit donc clairement l'emprise du père dans son enfance , il détermine jusqu'où elle peut aller émotionnellement ? ou encore sa guidance est dictée par l'émotion ? par le côté irrationnel ?.il l'encourage à faire de la bicyclette ,à aller plus loin mais garde le contrôle ,

l'enfant désireux de plaire à ses parents est bien sûr très fier de réussir ce que le parent lui demande, de répondre à leurs attentes,  en l'occurrence celles du père. On pourrait ici penser à cet aspect de réussite dans la vie, parvenir à faire des choses difficiles, garder son équilibre, ne pas tomber...aller plus loin. Like a Star @ heaven

Elle continue sa route et retourne à la boutique du début où on donne maintenant des leçons de piano. Il fait nuit mais dans le noir près de la porte elle sent qu’il y a un homme et une femme.

Arrow  Arrow comme elle rencontre plus bas ses parents, on est pas certain de ce que représente ces deux personnes, des archétypes plus généraux du masculin et du féminin, du couple ? c'est encore dans l'ombre en tout cas et en plus c'est la nuit , il faudra qu'elle descende pour obtenir plus d'éclairage,  Like a Star @ heaven

Elle descend et voit dans une partie peu éclairée la femme agréable du début et, devant un piano dans une belle lumière, le boulanger. Il lui demande :  » Avez vous apporté vos lunettes pour voir de loin  »  elle répond : « Non mais je peux aller les chercher car j’habite tout près  » Il lui dit alors : » Il faut y aller car pour le travail que nous allons faire il faut voir loin.”


Arrow  Arrow sa mère est dans une partie peu éclairée, je crois que la position des femmes à cause du père est de rester effacée, dans l'ombre, demeurer discrète. Ceci revient à cette idée que le père valorise la vision masculine des choses. Ceci laissant dans l'ombre sa contrepartie féminine. ou maternelle.

Alors que le  père est très éclairé, elle ne peut passer à côté, c'est omniprésent, lui seul d'ailleurs est éclairé .

Il va lui apprendre à jouer du piano, à faire ses gammes, à exprimer selon un code précis ses émotions.

Il s'adresse à elle en la vouvoyant.....il adopte une approche impersonnelle, garde ses distances .

Il lui demande si elle a apporté ses lunettes pour voir de loin , pourquoi a-t-elle besoin de voir de loin vu qu'elle est assise au piano? qu'at-elle besoin de voir de loin pour jouer du piano ,  lui qui est devant le piano ?

ou symboliquement ,il veut lui apprendre à calculer ses actes , ses choix en fonction de l'avenir , de ce qui est plus loin ?

Les pères sont souvent ceux qui par le passé initiaient les enfants à la vie active en société, ici on peut penser que le père veut apprendre à sa fille à jouer du piano comme il lui a montré à aller à bicyclette. Elle doit suivre ses indications et bien le voir ,

et pourquoi être devant le piano ? un professeur devrait être à ses côtés, la distance du père est révélée encore une fois ici, il est le point de mire, celui par qui on doit passer.. celui qu'il faut être certain de bien voir même si il est loin car c'est lui qui bat la mesure....

ici on peut penser que le rêve lui confirme l'influence du père même aujourd'hui dans sa vie adulte.

Le boulanger est dans la lumière, il est toujours boulanger....donc cette lumière ne me semble pas tant un rayonnement qui vient du père que de la conscience de la rêveuse qui tente de lui faire voir très clairement le rôle important du père dans sa vie, rôle dont elle n'avait peut-être pas pris la mesure  suffisamment jusqu'à ce jour, ou cette nuit... Like a Star @ heaven


Dernière édition par Aria le Mar 10 Fév - 11:44, édité 4 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mar 10 Fév - 10:46

linda b a écrit:Bonsoir

Ce rêve m'a amené à avoir une discussion avec mon conjoint,au sujet d'un élément du rêve...le pain rassis.

On a jasé de ce qu'il a vécu,et ça lui a fait du bien de s'exprimer.

Le boulanger,le pain rassis,etc,c'est comme si ce rêve,qui n'est pas le sien,avait permis de faire le point sur une vieille blessure qu'il a vécu dans son enfance.

Je voulais juste dire que ce rêve fut aidant...

Arrow Arrow je trouve formidable que ce rêve aie pu dénouer quelque chose chez ton conjoint. Ne serait-ce que pour cela, l'exercice que l'on fait là aura valu la peine. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mar 10 Fév - 11:23

un peu , (beaucoup ?) froissant ce qualificatif de pie curieuse , non ? enfin au sens commun compris en occident mais avec ton lien Chantal on voit que la pie n'a pas toujours mauvaise réputation, au contraire,

l.égrégore , si il en a un ici ,est fragile et ne tient qu'à un fil, je trouve, peut-être est-ce pour le moment celui-ci .....

La Hongrie, je n'y suis jamais allée, mais ce pays me rappelle un médecin spécialiste qui m'a soignée il y a maintenant 15 ans, il était hongrois d'origine et avait un fort accent que j'adorais. Je crois même qu'inconsciemment j'en étais un peu amoureuse....; à l'époque je suis allée lire sur la Hongrie et je me souviens d'avoir lu que ce pays a connu un nombre très élevé de médecins dans ses rangs, je trouvais alors que ce peuple devait être particulièrement intelligent.... Very Happy

en passant, est-ce que je vais être la seule à avoir poursuivi l'analyse du rêve avant le retour de Florentin ?

Aria




Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  lehapra le Mar 10 Fév - 12:19

"en passant, est-ce que je vais être la seule à avoir poursuivi l'analyse du rêve avant le retour de Florentin ? "

Je suis très occupé en ce moment et je fais des lectures aussi dans des directions qui m'intriguent par leur apport.
Peut-être que je continuerais plus tard les interprétations? Pour l'instant je l'ignore!

Amitiés, Raphaël
avatar
lehapra

Messages : 2569
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mar 10 Fév - 12:43

Aria,
j'aurais bien aimer travailler sur le rêve, mais vraiment je suis très occupée par les contraintes de la vie.
Dès que possible, je participe. sunny

Oui! tu as raison les pies sont aussi des coquines, prendre dans le sens d'amusantes,
je précise. Laughing

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  lehapra le Mar 10 Fév - 16:28

"Oui! tu as raison les pies sont aussi des coquines, prendre dans le sens d'amusantes,
je précise."

Suspect pirat jocolor
avatar
lehapra

Messages : 2569
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mar 10 Fév - 18:12

o.k. Chantal et Raphaël , y a pas d'urgence ! Very Happy


Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Benoit le Mar 10 Fév - 18:35

Ma chère Aria, la réponse détaillée de Florentin et le smiley traduisaient bien "l'esprit" de la pie...

Sinon, ton cliché est fabuleux, tu sais sur quel type de champi est ton gastéropode ?

_________________
Mon blog
avatar
Benoit
Admin

Messages : 3656
Date d'inscription : 21/01/2012

http://carl-gustav-jung.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mar 10 Fév - 22:29

salut Jean,

j'ai l'impression que les hommes ne savent pas à quel point ce qualificatif de pie peut être blessant pour une femme, et ce même juste pour rire. c'est pouquoi je ne pouvais passer cela sous silence.

non je ne sais pas quel est ce champignon, mais j'espère bien que tu me le diras!Very Happy Question

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mer 11 Fév - 10:51

après une petite recherche, je découvre que ce champignon peut être d'une part toxique mais aussi hallucinogène. Utiliser par les chamans ...

http://fr.wikipedia.org/wiki/Amanite_tue-mouches

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Benoit le Mer 11 Fév - 19:19

Bingo drunken

_________________
Mon blog
avatar
Benoit
Admin

Messages : 3656
Date d'inscription : 21/01/2012

http://carl-gustav-jung.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Mer 11 Fév - 19:47

En fait, il y en a pas mal sur le bord des toutes petites routes de mon coin de Bretagne et j'en ai fait sécher déjà quelques uns, mais attention, c'est dans un but purement scientifique, hein ! .... Et en plus, il m'en reste encore, c'est bien la preuve que je n'abuse pas de la science ! ^^

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Jeu 12 Fév - 2:25

Est-ce que ce champignon offre des expériences particulières ? ... Wink

personnellement , le seul hallucinogène que je connaisse est le sommeil paradoxal............ lol!





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Benoit le Jeu 12 Fév - 20:22

Aria a écrit:
personnellement , le seul hallucinogène que je connaisse est le sommeil paradoxal............ lol!
Et tu es le témoignage vivant qu'il est amplement suffisant pour combler une vie Wink

Ta dernière image, je la trouve formidable et saisissante...

_________________
Mon blog
avatar
Benoit
Admin

Messages : 3656
Date d'inscription : 21/01/2012

http://carl-gustav-jung.blogspot.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Ven 13 Fév - 6:30

Jean a écrit:
Aria a écrit:
personnellement , le seul hallucinogène que je connaisse est le sommeil paradoxal............ lol!
Et tu es le témoignage vivant qu'il est amplement suffisant pour combler une vie Wink

Ta dernière image, je la trouve formidable et saisissante...

Arrow Arrow merci Jean, et j'aimerais davantage rêver et surtout apprendre de mes rêves.

Cette dernière image de rochers m'a rappelé un rêve que j'ai déjà fait, un rêve de falaise dans lequel il y avait un personnage de pierre à même la falaise, et ce rêve me ramène à un autre rêve où des personnages sortaient littéralement de la façade de ma maison. L'imaginaire du rêve est vraiment hallucinant Very Happy

mais ma vie n'est pas différente de la majorité des gens, j'ai eu des bouts où j'aurais bien quitté ma réalité pour me perdre dans une autre...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  lehapra le Ven 13 Fév - 8:02

Les hallucinogènes sont très utilisés dans le chamanisme parce qu'ils permettent d'ouvrir une porte différente, vers une autre réalité que celles proposées par les religions.

Dans les religions, il s'agit généralement, et de ce que j'ai pu lire, il s'agit de faire plonger l'égo, il doit se dissoudre, dans le Nirvana ou dans le Royaume de Dieu.

Alors que pour les chamanes le Moi ne doit pas forcément se dissoudre.
Il doit résister à la tentation de mourir pour non pas plonger dans le Nirvana mais dans un Autre Monde, un monde intermédiaire.

Il n'y a pas forcément intérêt d'utiliser les plantes sacrées pour découvrir cette autre réalité.
Aria a raison, on peut aussi découvrir cette autre monde, intermédiaire, en travaillant ses rêves.
C'est ce que j'ai déduis de mes rêves lucides.
Longtemps je n'étais pas en mesure de décrire ce qu'il m'arrivait dans ces rêves.
Mais dernièrement j'ai réussi à me souvenir vraiment de ce que j'y ressentais précisément.

On garde pratiquement la même conscience que celle de tous les jours après avoir pris conscience que l'on fait un rêve.
Ce qui veut dire immédiatement que la mort n'a plus d'importance, si on meurt dans le rêve on se réveillera dans la réalité ordinaire.
C'est exactement comme dans le film Matrix, on peut même voler dans les airs et traverser les murs: la conscience a vaincu la peur de la mort.
Le corps est alors abandonner et l'on voyage dans un univers où les autres personnes continuent leurs vies.

C'est comme si lorsque le corps meurt, notre conscience se dissout immédiatement et plonge dans le nirvana.
Mais l'étude des rêves lucides montre que nous pouvons, si on ne succombe pas à la beauté du paradis, éviter la destruction du Moi.

Il me semble que c'est ce que décrivait Castaneda dans ses livres.
Il a retranscrit des méthodes de rêve lucide ce qui prouve que la méthode lui était connue.
Et puis il parle souvent de l'Aigle qui dévore nos consciences une fois que nous sommes mort, alors qu'en développant un Moi particulier, il est possible de retarder la dissolution du Moi.
L'Aigle c'est le gardien, c'est la Mort, qui nous fait peur au point de dissoudre notre conscience ordinaire.
Mais si au lieu d'avoir peur nous restons serein, l'Aigle n'est plus un monstre terrifiant et la conscience ordinaire redécouvre qu'elle est une conscience libre du corps.

Bien sûr tout le problème c'est de ne pas avoir peur!

avatar
lehapra

Messages : 2569
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Ven 13 Fév - 17:36

Je ne reprends pas tout le travail vraiment très intéressant de chacun explicitement,
il ouvre de nouvelles perspectives pour la compréhension du rêve d’une personne inconnue.
Je reprends simplement  où j’en suis maintenant. (Les contradictions sont possibles)

J’aime beaucoup regarder le rêve sans rien savoir de la rêveuse et je n’ai pas non plus lu l’ensemble des rêves, il y a ici, pour moi, bien assez de matière…



Dans le manquement du père, la rêveuse devra se révéler par la partie magicienne
d’elle-même, l’être sage en elle animera l’avenir en gravant sur la pierre  des runes, elle met en route ainsi le secret, cela même qui va la porter et la créer.

Donc « après » ce travail de magicienne habitée par le  vivant sacré elle voit dans la cité l’homme.
Celui là, l’a tenant en lien souple par les deux cotés de son être féminin et masculin, lui permet de faire le passage d’un âge de la petite enfance à plus âgée où l’on peut quitter le trottoir sécurisé de la rue, pour rouler sur la route.
En faite ce passage est une prémonition, car elle parle avec distance de la petite fille
« d’une jolie petite fille »  et non  directement d’elle-même donc  c’est quelque chose de déjà réalisé, par le futur.
Après que la rêveuse eut fait un travail avec l’homme, c'est-à-dire revisiter son enfance, comme on le fait en analyse, elle pourra ainsi réparer le présent pour un nouvel avenir.
C’est une prémonition, parce que je sais que nous sommes qu’au début d’une série de rêves,
qui donnera par le fait même « de l’étude de la rêveuse » une guérison.

Nous revenons alors au présent en continuant sa route elle revient en son centre où la vie s’anime par l’apprentissage de cet art, la musique de la vie, dans le noir certes, parce que pas encore totalement conscientisée, ces nouveaux morceaux d’elle-même nettoyés purifiés, les partis du corps anciens, les morceaux de pain rassis se transforment.
Elle sent, elle ne voit pas encore, reste à l’entrée, il fait nuit, le travail futur suit son cours, qu’un nouveau féminin et un nouveau masculin existent désormais.

Elle descend elle est encore plus âgée, et elle découvre que le féminin en elle, généré par la  bonne mère, n’est pas totalement épanouie, elle est encore dans l’ombre.
L’homme, le père  devant l’instrument qui donne la partition de la vie est en lumière,
elle le voit ainsi parce que son regard à changé en acceptant de shunter ses manques pour réussir dans le futur et sa future lignée. (Y a-t-il eu un pardon ?)
Que sa descendance ne soit pas endommagée par le manquement originaire du père,
qui lui a indéniablement manqué désarçonné et qu’elle va véritablement reconstituer ;
mais là je l’espère  et extrapole.

J’ai repris ce rêve simplement,  comme de l’imagination…sans hallucinogène.
Peut être certain dirons « c’est du délire total » mais je vous avoue que je m’en fiche et ne serai pas attristée.

Car ce travail est d’une grande richesse et si l’on peut se jeter à l’eau ici, l’on ne risque pas de se noyer.
C’est une grande chance, j’en suis convaincu.

Alors au passage, j’en profite pour remercier Jean  de nous offrir ce lieu d’expérience unique d’échange,  
et de sa  merveilleuse générosité.
Il y a des magiciens qui s'ignorent et c'est ainsi ,autrement ils ne le seraient pas...

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Ven 13 Fév - 22:55

Chantal ,je trouve que ta lecture du rêve est cohérente avec ce que tu en avais dit au tout début.

Je crois que nous avons tous le réflexe de repartir de notre avenue car de toute façon on suit notre propre fil sur le plan de l'intuition.

Si certains éléments externes ont retenus notre attention ,ils viennent naturellement enrichir notre perception sans que nous les précisions à chaque fois.


Et je me joins à toi pour remercier Jean de son travail ici , travail qui nous permet d'avoir cet espace privilégié d'échanges.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Ven 13 Fév - 23:16

Salut Raphaël,

j'ai bien aimé ta façon de préciser certaines distinctions entre l'expérience religieuse qui vise la dissolution de l'égo dans le nirvana, ou Dieu.( l'expérience de l.illumination .)et celle de l'exploration de l'inconscient en toute conscience .

Je crois aussi que les hallucinogènes nous amènent dans cet espace autre , ce monde intermédiaire avec notre conscience, et ce même si je n'ai jamais fait usage d’hallucinogènes, mais ce que j'en ai lu ressemble à cela .Et de ce fait ressemble à ce que j'appelle aussi le rêve lucide, le rêve dans lequel la conscience est présente , l'égo ou le moi ne disparaissant pas dans plus grand...

Je ne sais pas si on peut inclure également l'imagination active car j'avoue que je n'ai jamais pratiqué celle-ci, elle semble aller encore plus loin car elle reproduit l'état de rêve lucide mais en état de veille, par l'imaginaire, l'imagerie. Jung appelait celle-ci la voie royale car elle permettait de rencontrer du contenu inconscient avec encore plus d'acuité et d'avoir sur eux une certaine main-mise.....(dialogue ) Mais bon, je m'arrête la`car au fond je devrais au moins aller relire ce qu'on en dit.

Oui le rêve lucide fait peur , et je crois que cette peur est un peu notre garde-fou car je ne crois pas que les rêves lucides sont si innocents, j'ai déjà eu très peur de ne jamais pouvoir me réveiller d'un rêve lucide....Alors respecte la peur qu'elle t'inspire et ne force pas la note pour en faire, si tu as à en faire ce sera parce que tu seras suffisamment capable de les vivre. C'est mon conseil d'amie. Very Happy

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  lehapra le Sam 14 Fév - 7:28

"Oui le rêve lucide fait peur , et je crois que cette peur est un peu notre garde-fou car je ne crois pas que les rêves lucides sont si innocents, j'ai déjà eu très peur de ne jamais pouvoir me réveiller d'un rêve lucide....Alors respecte la peur qu'elle t'inspire et ne force pas la note pour en faire, si tu as à en faire ce sera parce que tu seras suffisamment capable de les vivre. C'est mon conseil d'amie. "

Merci Aria pour ton conseil. sunny
avatar
lehapra

Messages : 2569
Date d'inscription : 09/02/2012
Localisation : France

Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Sam 14 Fév - 19:08

Il ne reste plus qu'à Kelilan de s'exprimer sur la fin du rêve !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Sam 14 Fév - 20:45

-Après, la Rêveuse voit dans la rue un homme qui tient une laisse à chiens extensible double.
Du côté droit on ne voit pas ce qu’il y a au bout de la laisse.
Du côté gauche, elle est attachée au dos d’une jolie petite fille sur une bicyclette.
L’homme lui crie : « Vas-y ! vas-y !  »
La laisse s’allonge et, avec sa bicyclette, elle saute le trottoir.
Elle a un air tout fier.


*Le principe masculin tient " en laisse " la rêveuse…c'est-à-dire que celui-ci influence sa vie depuis qu'elle est petite.

Du côté gauche, intérieurement, l'animus la guide et l'encourage vers plus de liberté personnelle.
Du côté droit, extérieurement, c'est le père sévère qui manipule sa vie…elle ne voit pas ce qu'il y a au bout de ce côté de la laisse car la rêveuse n'en a pas encore pris conscience.


Elle continue sa route et retourne à la boutique du début où on donne maintenant des leçons de piano.
Il fait nuit mais dans le noir, près de la porte elle sent qu’il y a un homme et une femme.
Elle descend et voit dans une partie peu éclairée la femme agréable du début et, devant un piano dans une belle lumière, le boulanger.
Il lui demande :  » Avez vous apporté vos lunettes pour voir de loin ? »
Elle répond : « Non, mais je peux aller les chercher car j’habite tout près.  »
Il lui dit alors : » Il faut y aller car pour le travail que nous allons faire, il faut voir loin.”


*Ici le boulanger est mis en lumière donc le dysfonctionnement du côté paternel va commencer à être conscientisé par un travail d'analyse ( leçons de piano, voir loin dans le passé )

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Lun 16 Fév - 13:46

Nous avons vu que la première parie du rêve se situait dans le temps mythique, celui qui précède la naissance.
Nous avons vu que ce temps n’avait pas été que serein mais qu’il avait aussi exigé une détermination et une stratégie de défense par rapport à l’environnement et plus précisément par rapport au contenu de l’héritage psychique que lui proposaient ses géniteurs.
Nous avons vu que l’héritage problématique était celui de la lignée paternelle alors que la lignée maternelle offrait plus de douceur, et de confiance harmonieuse envers la vie.

Ensuite, nous avons ce segment :  

Après, la Rêveuse voit dans la rue un homme qui tient une laisse à chiens extensible double. Du côté droit on ne voit pas ce qu’il y a au bout de la laisse. Du côté gauche elle est attachée au dos d’une jolie petite fille sur une bicyclette. L’homme lui crie : « Vas-y ! vas-y !   » La laisse s’allonge et avec sa bicyclette elle saute le trottoir. Elle a un air tout fier.

Nous nous trouvons ici dans le temps de l’enfance.

Outre tout ce que nous savons sur le plan des généralités concernant l’importance de l’enfance pour la structuration de l’être et pour l’établissement d’une confiance en soi qui permet à notre élan intérieur de s’épanouir en ce monde, nous devons aussi nous souvenir que l’enfance n’est pas un temps de détermination.

Elle est un temps de vacuité situé entre deux temps de détermination.

Le premier temps de détermination est celui de la prise de contact entre la nature de l’être qui naît et celle des parents.

Est-ce que l’être à naître peut se fondre en toute harmonie dans l’accueil qui lui est fait ou doit-il rejeter d’emblée une idéologie héréditaire qu’il ne veut surtout pas faire sienne ?

Le deuxième temps de détermination est celui de l’adolescence pendant lequel se font les choix d’orientation concernant la façon de vivre son autonomie d’adulte.

Entre les deux il y a l’enfance, et par vacuité j’entends cette situation durant laquelle nous sommes totalement dépendant de volontés et de choix autres que les nôtres  et totalement tributaire de ce que notre entourage crois savoir de nous et/ou projette sur nous.

La vacuité représente ici cette situation de sujet un peu objet qui s’imprègne bon gré, mal gré, de son environnement et le fait sien, bon gré, mal gré.

Il est important de poser ce point avant d’aborder la suite.

Pour en revenir au rêve, ce passage nuance mais aussi confirme ce que nous avons pu dire jusqu’à maintenant de la lignée paternelle.

Il nuance les choses parce qu’il y a de la gaité, de l’encouragement et une situation très vivante entre l’homme adulte et la petite fille.

Le vélo représente les outils d’autonomie que le papa donne à sa fille au travers de son éducation.
Nous voyons qu’il l’aide à développer ses capacités et sa confiance en elle pour qu’elle réussisse dans la vie et que donc, il y a de la bienveillance de la part du père à l’égard de sa fille.

La laisse ici représente l’éducation souple qui laisse libre tout en protégeant en cas d’urgence par un contrôle salvateur.

Il confirme aussi les choses car à l’autre bout de l’autre laisse il n’y a personne.

Si les aspects image sociale convenable et réussite sont valorisés, tout ce qui concerne la passion, la soif d’absolu, la dimension cosmique de la vie reste gommée.

Cela reste comme une amputation d’une partie de l’être dont le père, en toute irresponsabilité ne se soucie absolument pas.

L’enfant qu’elle est n’a pas encore conscience de cet enjeu….Même si ce sujet si grave est bien présent en elle puisqu’elle y a été confrontée dès le début de sa vie.

L’indifférence paternelle envers la sensibilité intérieure et toute la dimension de normalité qu’il donne à cette amputation fonctionne comme un piège qui à la fois enferme la petite fille dans un manque et coupe l’élan de sa curiosité.

Par son attitude qui est pourtant, selon les apparences, pleine de la plus parfaite bienveillance, il continue à la priver d’un accès à l’intériorité indispensable à son équilibre et à la qualité de sa vie, notamment en ce qui concerne ses futures relations amoureuses.  

Nous revenons ici sur la laisse à chien.

Certes, elle a  vocation à encourager l’autonomie et à assurer la protection, mais le choix de cet objet nous ramène à la vision patriarcale et péjorative qui attribue à la sexualité la seule fonction utilitaire sans lui reconnaître sa fonction libératoire et transcendante qui se révèle dans les rapports amoureux entre genres.  

Une femme doit se marier et faire des enfants et être une bonne épouse, un point, c’est tout…… Même si dans ce cas, le père semble concéder qu’une femme a quand même le droit d’occuper une situation professionnelle élevée, du moment que le prestige rejaillit sur la famille toute entière, et surtout sur lui !

En tout cas, durant toute son enfance, notre rêveuse n’a rien soupçonné et à grandit joyeusement sans se poser de questions existentielles, ce qui n’empêchait pas le problème d’exister.

Elle continue sa route et retourne à la boutique du début où on donne maintenant des leçons de piano. Il fait nuit mais dans le noir près de la porte elle sent qu’il y a un homme et une femme.
Nous arrivons ici à l’adolescence.

L’adolescence, qui est un temps de détermination, nous ramène à la situation telle qu’elle avait été laissée lors du précédent temps de détermination, état qui n’avait pas évolué puisqu’il avait été suivi d’un temps de vacuité.

A l’adolescence, l’influence des parents perds de sa puissance elle libère un espace dans lequel apparaissent d’autres rayonnements qui vibrent comme autant d’appels qui nous séduisent ou pas….Amour, Art, Culture, Sensualité…..

Ce monde de liberté par la réalisation de soi n’est pas facile d’accès, il est dans le noir pour la rêveuse, ce qui est logique, et nous savons pourquoi.

Par contre, ce qui est nouveau, c’est que l’éros est quand même reçu, et que même si la rêveuse ne voit pas encore ni comment ni avec qui, elle sait que la relation à l’autre est possible pour elle aussi.
Elle comprend que la relation à un autre type d’homme que celui que son père souhaitait pour elle est possible, un homme qui lui correspond avec lequel le partage peut être plus large et plus constructif que le stéréotype de relation pour lequel elle a été programmée par son éducation.    

La leçon de piano se voit de plusieurs façons.

La musique a rapport à la dance, c'est-à-dire à la relation plaisir à l’autre, à la sensualité, au romantisme.

La leçon a rapport à l’initiation.

Le tout a rapport à l’éros qui est l’initiateur au romantisme et à la sensualité-plaisir là ou sur ce plan là,  l’éducation n’avait apporté que de l’utilitaire et de l’égoïsme.  

Et si l’éros a pu venir jusqu’à elle, c’est bel et bien parce qu’au moment du trauma elle a pris soin de graver les runes et de paver le chemin jusqu’à elle pour être retrouvée par son promis du ciel, l’animus.

C’est ceci le plus important analytiquement : Le but du patriarcat est bel et bien de priver la femme de sa relation à l’animus.

L’animus est le promis qui vit dans le ciel.

Avec lui, elle peut être libre, indépendante et aimer sur terre comme au ciel, sans lui elle ne peut être que dans l’errance et l’obéissance morbide.

On le sait, le patriarcat aime les femmes obéissantes et éteintes qui font la fierté des pères !  

Elle descend et voit dans une partie peu éclairée la femme agréable du début et, devant un piano dans une belle lumière, le boulanger. Il lui demande :  » Avez vous apporté vos lunettes pour voir de loin  »  elle répond : « Non mais je peux aller les chercher car j’habite tout près  » Il lui dit alors : » Il faut y aller car pour le travail que nous allons faire il faut voir loin.”


L’acceptation de l’Eros permet l’approfondissement et la rêveuse descend à nouveau archéologiquement parlant vers le lieu du mauvais accueil et de l’ancienne blessure.

Le piano est l’instrument qui unit les plans les uns avec les autres selon la loi de l’harmonie, les notes sont comme les runes, elles sont chargées de messages et constituent un chemin.

Le piano représente donc les capacités d’intériorisation réactivées pas l’éros, capacités grâce auxquelles elle peut revisiter ce lieu transformé.

En ce lieu, elle retrouve, le père symbolique aimant que son père génétique n’a pas su être….Il est là, comme pendant à la mère aimante, présent, bienveillant et actif, et surtout dans la lumière.

C'est-à-dire que la conscience a pu intégrer au travers de cette circonvolution et de ce retour au source, la substance vivante et irradiante d’une dimension spirituelle qui lui avait été refusée à l’origine.

Les lunettes pour voir loin représentent la capacité à se projeter vers l’avenir, c'est-à-dire que l’espoir et la confiance en l’avenir sont retrouvés et que le projet de vie peut s’inscrire constructivement dans la durée.


Je vous laisse commenter cette fin de rêve avant que nous passions à la synthèse.
Il n’y a pas d’analyse complète s’il n’y a pas de synthèse !

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Invité le Lun 16 Fév - 17:49

florentin écrit:

L’indifférence paternelle envers la sensibilité intérieure et toute la dimension de normalité qu’il donne à cette amputation fonctionne comme un piège qui à la fois enferme la petite fille dans un manque et coupe l’élan de sa curiosité.

Arrow  Arrow c'est la partie de ton analyse qui me semble la plus sure;

mais tout ce que tu écris  est congruent avec les premiers jalons que tu as placés, soit cette circonvolution :la naissance ,l'enfance , l.adolescence .

On donne à peu près le même sens à la balade à bicyclette,

je reconnais que la laisse est en somme assez normale quand on est un enfant, notre vie est arrimée à celle de nos parents, l'opinion que l'on a de soi également.

Cependant, je ne suis pas certaine que le sens que tu donnes au piano, soit le seul à lui donner. il peut  être comme tu dis, un outil d' exploration de son expression amoureuse ou affective, une cadence qui interpelle l'animus comme partenaire, oui c'est un angle de vue qui peut être mais qui peut aussi se juxtaposer à celle que j'ai exposée, soit un apprentissage codé de ses émotions.
Mais quand on a appris ses gammes, appris à jouer des pièces toutes faites, on peut aussi par la suite faire ses propres improvisations ou compositions; c'est dans ce sens que je vois un progrès possible pour la rêveuse. Le rêve lui présente ,je trouve, beaucoup cet aspect de sa vie qui est dirigée par le père, même le boulanger dans la lumière me semble une mise en lumière de ce qui dirige sa vie.

Pour moi ce rêve est finalement une prise de conscience  de l'omniprésence  du père dans sa vie, mais aussi de la nécessité de laisser sa sensibilité s'exprimer, de sortir la mère, le féminin de l'ombre. Car pour danser il fait être deux dans la lumière.

Mais vois-tu , aussi savantes, intuitives et plausibles que soient nos interprétations, seule la rêveuse pourrait valider nos hypothèses. Non ?

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Etude collective d'un rêve

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 10 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7, 8, 9, 10  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum